Le porte-jarretelles dans le temps

Le porte-jarretelles dans le temps

Au XXème siècle, le porte-jarretelle en dentelle est très en vogue dans les années 20, période d’insouciance et joie de vivre contrastant avec les affres de la 1ère Guerre Mondiale. Dans les années 60, parallèlement à une recrudescence des sectes satanistes, et à la montée de l’activité occulte de certains groupes, le porte-jarretelle est couramment exploité dans les magazines pornographiques peuplés de femmes posant dans cette tenue. Considéré comme un accessoire fétiche, symbole de luxure et de débauche, il est encore l’apanage des femmes de mauvaise vie. En effet, durant la seconde guerre mondiale, la main d’œuvre masculine manquant dans les pays mobilisés, avec la montée du machinisme et de l’industrie de masse, d’abord instrumentalisée à des fins belligérantes, les femmes sont recrutées dans les usines, et vont donc travailler. Durant cette même période, les métiers à tisser sont peu à peu remplacés par des machines, et naissent les premières machines à coudre performantes, destinées d’abord à coudre des bas en nylon. Alimentant la littérature de l’érotico-fantaisie, aussi bien dans les romans de cap et d’épée que dans les romans contemporains de fiction médiévale, il est également un thème de la littérature moderne. Il est mentionné aussi bien dans les romans du XVème siècle que dans le théâtre shakespearien, puis la poésie surréaliste, et les romans policiers du XXème siècle.